Mauxdescrisvains

Mauxdescrisvains

POÉSIE


HOMO RICTUS

poème humanité.jpg

 

Je m'écorche les yeux à fuir vos regards

alors qu'il est peut-être déjà trop tard

comment échapper à tous ces salauds

tentant de s'incruster dans mon cerveau ?

Et même en me scarifiant la mémoire

vous hanteriez encore mes couloirs

 

Je marche, aveuglée, dans cette forêt de néons

en quête du chemin à prendre pour m'évader

partir loin de ces menteurs, tous ces cons

qui m'ont fait croire que j'étais libre de voler 

alors que, partout, fleurissent des murs de béton 

fidèles gardiens de vos magouilles légalisées.

 

Dans les allées, mon fil d’Ariane s'est délité

je n'sais pas très bien où mes pas vont me mener

mais l'essentiel est qu'ils m'éloignent de vous

J'veux pas être complice de vos mauvais coups

 

J'enrage en voyant la terre s'embraser

J'fulmine devant ces espaces déboisés

J'ai honte pour tous les océans souillés

 

L'homme est la pire des espèces, assurément

Je préfère être un singe savant

au moins j'amuserai les enfants

 

 


24/09/2017
0 Poster un commentaire

A LA VITRE

vitre garçon.jpg

 

A la vitre, un petit garçon

regarde passer les saisons

Il ne bouge pas, ne sourit pas

Tout simplement, sans mot dire, il est là

Il vit dans un labyrinthe distordu

sans savoir que son enfance est perdue

Il ne sait pas qu'il n'est plus qu'un dossier

que manient les blouses blanches et infirmiers

 

A la vitre, un petit garçon

oublie qu'il a encore un nom

Le monde des adultes est tellement rétréci

qu'ils n'ont pas compris ce qu'un jour, ses yeux ont dit

Il ne voulait plus de cette injuste vie

qui lui avait ravi sa maman chérie

Alors, il a décidé de se taire

et ensuite, il s'est assis par terre

 

A la vitre un petit garçon

est soudain saisi d'un frisson

des images hantent sa mémoire

il faisait chaud, c'était un soir

les cigales chantaient dans les blés

Sa maman n'a pas vu l'train arriver

Sur son âme, tombe un voile ensanglanté

Sa petite main griffe la surface vitrée

 

A la vitre, un petit garçon

est enfermé dans sa prison

Pourtant, son regard erre par-delà le grillage

scrute, au loin un hypothétique paysage

sans aucun nuage, sans aucun orage

Alors avec des beaux crayons multicolores

il prend une feuille, dessine un merveilleux décor

dans lequel jamais rien ne serait mort.

 

A la vitre, un petit garçon

s'est inventé un horizon

 


18/08/2017
0 Poster un commentaire

SIMPLE EXERCICE LETTRIQUE

livre alphabet.jpg

 

Si on arrêtait d'couper les cheveux en quatre

qu'on en finisse avec les mots à abattre

trancher dans le vif et à la H

y en a marre de tourner autour du pot

sans vouloir PT plus O que son Q

faut s'bouger et inventer de nouveaux mots

un alphabet où les M remplaceraient les N

OT les superflus comme l'H

mettre les poings sur les i pour rester rebelle

ne pas CC le combat et ne rien CD

mais il faut se AT

Ce sera pas facile, je vous l'accorde

y's'peut même qu'au début ça fasse désordre

mais le jeu en vaut cent fois la chandelle

Tout le monde C ça

Y'a K sortir de chez soi

alors ne restons pas bouches B

il ne faut surtout pas BC la garde

Une fois notre dico terminé, on partira à tires d'L

pour s'envoler dans les R

Un sourire BA sur les lèvres

on s'laissera AP par la brise

allongés sur la grève de nos rêves.


29/06/2017
4 Poster un commentaire

LES JOURS D’ÉTÉ

BLES VAN GOGH.jpg

 

 

 

Les jours d'insouciance s'en sont allés
Le froid s’infiltre dans mon corps usé
Comme il est loin le temps des étés
où les rires éclataient, légers.
Les flammes ont léché les rêves éthérés
Leurs cendres, se sont posées sur mes pensées.
Pourtant un rien suffirait à ranimer le feu sacré
Un souffle qui donnerait la force d'avancer.

 

 

Quelle brindille viendra ranimer les jours d'été 
pour que renaissent en nos coeurs les cris de Liberté ?
Quel fétu viendra rallumer les jours d'été
pour que revivent en nos âmes nos cris de Fraternité ?

 

 

Il suffirait juste d'une étincelle
Briser les tours de Babel
Balayer d'un revers de manche le rationnel
et monter sur la grande échelle
au rencard de la Liberté intemporelle

 

 

Il suffirait juste d'un ménestrel
chantant une autre ritournelle
faire fi des conditionnels
et monter dans le carrousel
au rendez-vous de la Fraternité universelle

 

 

Puis s'envoler enfin à tire d'ailes
Des étoiles au fond des prunelles
Ensemble former une belle ribambelle
aux retrouvailles du Bonheur originel.

 

 

Alors, les jours d'été seront ressuscités
Les graines de la fraternité 
s'enracineront dans une terre renouvelée
Alors les jours d'été seront revenus
et au bout du firmament, pas besoin de longue-vue
Pour voir les jours d'été s'étaler jusque dans les nues.

 


19/04/2017
10 Poster un commentaire

DEGOULUTION

république.jpg

Dans vos costards trois pièces griffés

assis dans votre bagnole blindée

vous faites le tour de la cité

montrer que vous les comprenez

ces pauvres coincés dans leur réalité

en plus ça pass'ra ce soir au J.T

 

Il faut bien prendre un peu de répit

vous, à cette heure, vous aurez déguerpi

tout au bout du monde pour un safari

offert par un de vos compères pourris

vous les avez astiqués vos précieux fusils

quelle joie quand la bête tombe sur le sable rougi

 

Assis à la table ronde

vous pensez à la belle blonde

à ce que vous lui ferez dans la pénombre

pouvoir assouvir vos fantasmes dans l'ombre

sans que ça perturbe votre p'tit monde

après tout, vous l'avez payée cette bombe 

 

Je vous vomis vous et tous vos sbires

Ce que vous souhaitez c'est nous asservir

nous assujettir et nous abrutir

pour prendre le contrôle de nos vies

 

vous êtes, de toute l'humanité, la lie

tristes sires dans vos tours climatisées

vampires assoiffés du sang des opprimés

vos exactions à répétition m'font gerber

 

Ce s'ra pas tous les jours dimanche

Faites attention à la créance

Addition salée, juste revanche

pour le pauvre peuple de France

 

Celui qui crève de faim

ou l'autre qui n'a plus rien

c'migrant sur le chemin

traité comme un vaurien

ou celui qui bat le pavé

son litron pas millésimé

pour pouvoir le réchauffer

ou celui qui a tout perdu

qui parle tout seul au bout d'la rue

et qu'on ne regarde même plus

 

Faites gaffe au retour de bâton

vous, les maîtres de la magouille

toute action entraînant une réaction

de la farce, un jour, ce sera vous les cochons.


29/03/2017
16 Poster un commentaire


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser