Mauxdescrisvains

Mauxdescrisvains

LES JOURS D’ÉTÉ

BLES VAN GOGH.jpg

 

 

 

Les jours d'insouciance s'en sont allés
Le froid s’infiltre dans mon corps usé
Comme il est loin le temps des étés
où les rires éclataient, légers.
Les flammes ont léché les rêves éthérés
Leurs cendres, se sont posées sur mes pensées.
Pourtant un rien suffirait à ranimer le feu sacré
Un souffle qui donnerait la force d'avancer.

 

 

Quelle brindille viendra ranimer les jours d'été 
pour que renaissent en nos coeurs les cris de Liberté ?
Quel fétu viendra rallumer les jours d'été
pour que revivent en nos âmes nos cris de Fraternité ?

 

 

Il suffirait juste d'une étincelle
Briser les tours de Babel
Balayer d'un revers de manche le rationnel
et monter sur la grande échelle
au rencard de la Liberté intemporelle

 

 

Il suffirait juste d'un ménestrel
chantant une autre ritournelle
faire fi des conditionnels
et monter dans le carrousel
au rendez-vous de la Fraternité universelle

 

 

Puis s'envoler enfin à tire d'ailes
Des étoiles au fond des prunelles
Ensemble former une belle ribambelle
aux retrouvailles du Bonheur originel.

 

 

Alors, les jours d'été seront ressuscités
Les graines de la fraternité 
s'enracineront dans une terre renouvelée
Alors les jours d'été seront revenus
et au bout du firmament, pas besoin de longue-vue
Pour voir les jours d'été s'étaler jusque dans les nues.

 



19/04/2017
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres