Mauxdescrisvains

Mauxdescrisvains

LE REVEIL DES DALPHINAÏDES

mary mi'eux.jpg

 

 

Assis dans un fauteuil Voltaire rongé par le temps, je ne pouvais détacher les yeux du journal de bord de mon aïeul, récupéré dans un carton d'archives familiales. Je savais qu'il avait été l'unique survivant de la "Mary Céleste" rendue célèbre par son funeste destin, celle-ci ayant été retrouvée voguant au large des Açores, en décembre 1872, son équipage ayant complètement disparu sans laisser de traces et n'ayant jamais été retrouvé. Aucun journal de l'époque n'avait fait mention d'un survivant et pourtant, je tenais entre les mains la preuve qu'il y en avait eu un. Déjà, je m'imaginais perçant cette énigme, invitée sur les plateaux télés. Je me voyais en haut de l'affiche !.

 

27 novembre 1872

Je suis las, bientôt, je manquerai d'eau, je ne verrai certainement pas mes dix-sept printemps, pas plus que je ne retrouverai ma douce Amélie, mais, avant que mes forces ne me quittent, je dois me libérer d'un terrible fardeau, je suis sain d'esprit et ce que j'ai vécu dépasse de loin l'ententement. Mes mains tremblent encore à l'heure où j'écris ces mots mais je ne faiblirai pas.

 

Tout avait commencé lorsque ma mère m'avait présenté au capitaine Briggs lors du gala de charité qu'il présidait tous les ans à New-York. Il avait très bien connu mon père, capitaine de vaisseau ayant péri en mer lors d'une tempête alors que je n'avais que trois ans. Ma mère lui avait confié que mon plus grand rêve était de voyager, de voir le vaste monde avant de convoler en noces. Le capitaine, un homme très pieux et affable, promit à ma mère de m'emmener avec lui en octobre, sur la Mary-Céleste, j'y ferais office de moussaillon. Nous allions partir livrer plus de mille tonneaux d'alcool à Gênes ! J'étais ravi ! A moi l'aventure et les embruns !. Je comptais les jours qui me séparaient encore.du grand large. Enfin, nous partîmes un matin d'octobre. Nous étions tous prêts, le capitaine s'était entouré de sa femme et de sa petite fille, ainsi que de son second, qui avait épousé sa nièce, tout le reste de l'équipage avait été trié sur le volet. Les premiers jours se déroulèrent dans une joyeuse bonne humeur. Je briquais le pont, rendais de menus services, tous m'appréciaient et avaient de la considération pour moi. Malgré notre précieuse cargaison, qui aurait pu attirer bien des convoitises, nous étions confiants, aucun vaisseau pirate n'avait été vu ces derniers temps dans ces mers. Pour la première fois de ma courte vie, je me sentais libre, bien sûr, mon coeur se pinçait quand je pensais à ma douce Amélie mais je me savais dans ses pensées et cela suffisait à mon bonheur. Si j'avais su ce qui m'attendait ! Il n'y avait qu'un petit inconvénient, je partageais la cabine de quatre marins allemands. Si les premiers soirs, leurs chants sonores et gutturaux m'amusèrent, je déchantai très vite. Ils ne semblaient jamais fatigués, quant à moi, impossible de dormir. Les autres passagers n'étaient pas accomodés par le bruit car leurs cabines se trouvaient à l'extrémité, soit à la proue du navire. Le troisième jour, j'étais devenu l'ombre de moi-même, de profonds cernes entouraient mes yeux et j'avais l'impression de fouler du coton. Le capitaine Briggs voyant ma pâleur, toujours soucieux du bien-être de ses passagers, me fit appeler dans sa cabine et m'en demanda la raison. Je n'osai tout d'abord lui avouer, lui qui avait été si bon, mon infortune. Il me fit asseoir, bien déterminé à m'entendre, tout en scellant une missive, trempant délicatement son sceau dans la cire. Le voyant faire, Il me vint alors une idée, sans plus réfléchir, je lui contai mes déboires noctures et lui demandai s' il pouvait me donner un peu de cire ainsi que du coton. Le capitaine me laissa parler, puis, ouvant le tiroir de son bureau, en retira de la cire et m'enjoignit d'aller voir le médecin de bord afin qu'il me fournisse en coton, je partis après l'avoir chaudement remercié et me rendis sitôt dans sa cabine. C'était un homme fort courtois et discret et il ne me demanda pas la raison de ma requête et y accéda de suite . Le jour même, j'avais fabriqué mes boules "anti-bruits" car c'est bien de cela qu'il s'agissait ! J'étais débrouillard et je ne mis pas longtemps à malaxer la cire mélangée au coton. Le résultat était très satisfaisant. Restait à savoir s'ils se révèleraient efficaces. Quelle bonne idée j'avais eu car, le soir venu, à peine ma tête posée sur l'oreiller, je m'endormis ! Mon teint, de pâle, devenait hâlé, la vie reprenait son cours. Les jours se suivaient et se ressemblaient. Une sorte de routine s'était installée, chacun vaquant à ses occupations. Madame Briggs restait dans sa cabine la plupart du temps, il se racontait qu'elle était d'une jalousie maladive, raison pour laquelle elle suivait son époux où qu'il aille. Je prenais mes repas avec l'équipage et j'aimais les écouter raconter leurs souvenirs, leurs exploits, tout se déroulait pour le mieux jusqu'à ce matin fatidique qui restera à jamais gravé dans ma mémoire.

 

Nous étions partis depuis plus de trois semaines et cela faisait déjà trois jours que le temps avait changé, l'orage grondait, le bateau tanguait mais tenait bon. Ce matin là je venais de me lever à la hâte, j'étais en retard et la plupart de l'équipage s'affairait sur le pont. Une légère brise s'était levée, le soleil ne s'était pas encore levé quand, soudain, une clarté aveuglante enveloppa le bateau tandis qu'une chaleur se diffusait dans l'air. Madame Briggs, qui n'était point encore arrivée sur le pont, se précipita suivie de sa fille. Bientôt, ce furent les passagers au grand complet qui accouraient en même temps, se bousculant les uns les autres comme si subitement, ils avaient perdu toutes leurs bonnes manière, semant la pagaille et s'invectivant. Tous avaient vu la lumière blanche et senti la chaleur et voulaient contempler ce curieux phénomène. Je m'approchai, le spectacle qui se déroulait devant mes yeux était tout simplement hallucinant. Une centaine de dauphins ailés, chevauchés par des créatures splendides, hommes et femmes d'une beauté parfaite et nus comme à leur premier jour, pourvus de curieuses branchies en guise d'oreille, se tenaient fièrement sur leurs montures. C'est alors que je m'aperçus que tous soufflaient dans une sorte de coquillage en esquissant un curieux ballet autour du navire. Bientôt, ce furent plus de cinq cents baleines ailées qui encerclaient le vaisseau, dansant une sarabande endiablée. Jamais je n'avais rencontré de telles créatures marines, cela ne pouvait être l'oeuvre de Dieu. Néanmoins, elles n'avaient point l'air agressives, au contraire, tout en soufflant dans leurs étranges coquillages, une aura de bienveillance semblait émaner de leur corps tout entier, leurs yeux clairs plongeaient dans les nôtres et je ne sais pourquoi mais subitement me vint l'envie de les rejoindre. Détournant vite les yeux, je pus voir que tous portaient des bijoux faits de nacre, de coraux et d'autres espèces que je ne reconnus pas. Ils étaient superbes, nantis de longues chevelures, ce qui ressemblait à des diamants brillaient dans les cheveux des femmes, j'entraperçus également des enfants se tenant fièrement sur de petits dauphins ailés eux aussi. J'étais en train de devenir fou, c'était la seule explication. Mais le plus surprenant c'était que je n'entendais rien, j'avais beau tendre l'oreille, un silence de plomb s'était abattu sur la Mary-Céleste, c'était tout du moins ce que je croyais encore en cet instant. J'étais figé, tout comme le reste de l'équipage. Je ne saurais dire combien de temps cette danse étrange dura, j'avais perdu tous mes repères. J'allais me tourner pour demander des explications au second quand ce que je vis alors me glaça les sangs Tous les passagers, les yeux vides, se dirigeaient d'un pas mécanique et de concert vers le bastingage, prêts à se jeter par-dessus-bord. On aurait dit qu'ils n'étaient plus eux-mêmes. Ils arboraient de grands sourires en tendant les bras et leurs regards étaient comme hallucinés. Sortant de ma torpeur, je hurlai de toutes mes forces mais bizarrement je n'entendais pas le son de ma voix. Subitement, je compris ce qui était en train de se passer, Ce n'était donc au final qu'un rêve, j'allais me réveiller, l'explication était simple, aussi quand je les vis tomber et se faire rattraper en plein vol par ces étranges créatures, je n'esquissai pas l'ombre d'un geste pour les en empêcher. Mais aurais je pu faire quelque chose ? Cette question m'a taraudé durant toute mon existence mais qu'aurais je pu tente face à cette multitude d'êtres étranges. Je décidai de tirer sur mon oreille afin de me réveiller. C'est à ce moment là que je sentis quelque chose obstruer mon conduit auditif. Tout à coup, je compris, avec effroi et trop tard, ce qu'il m'était réellement arrivé. J'avais tout simplement oublié, dans ma précipitation, de retirer mes boules "anti-bruits" ce matin. Alors que je les jetais sur le pont avec rage, je fus pris d'une terreur indicible quand je crus entendre une vague mélodie venant des flots, cela dura quelques secondes puis seul retentit un silence d'outre-tombe. Les créatures avaient disparu dans l'eau noire, emportant avec elles tous les passagers du Mary-Céleste. Dieu m'est témoin que je n'ai rien inventé. Le ciel reprit sa teinte normale, l'orage s'en était allé, la mer était calme et aucun dauphin ailé n'était là. Je me tournai alors, sachant ce que j'allais découvrir avant même de le voir. Rien, justement, le pont était désert et j'étais seul. Je me laissai tomber et restai un long moment la tête entre les mains. J'avais toujours été une personne profondément cartésienne et rationnelle mais il me fallait me rendre à l'évidence, mes compagnons d'infortune avaient été victimes d'un enchantement, comme le joueur de flûte qui débarrassa toute la ville des rats. Quelles que soient ces monstruosités, sous des dehors enchanteurs, elles ne pouvaient être que des sûppots de Satan qui s'étaient emparé de tout l'équipage. A quelles fins ? Maintenant, j'ai trop honte, j'ai laissé périr mes amis, que Dieu me pardonne, si je sors vivant, jamais je ne raconterai ce que j'ai vu, on m'enfermerait à coup sûr à l'asile !

 

Plus rien après cette date. Songeur, j'allais fermer le journal quand une feuille jaunie pliée en deux s'en échappa. Je la pris et l'ouvris délicatement. Il s'agissait apparemment d'un vieil article en date du 18 février 1902, un gros titre s'étalait en haut de la page "LA LEGENDE DES DALPHINAÏDES"

 

"Plusieurs personnes prétendent à ce jour avoir croisé en haute mer ces créatures mythologiques. Mi-humaines, mi-poisson. Le professeur Hans Xiolytique, qui a consacré sa vie à ce peuple mythique, cherchant aux quatre coins du globe des témoignages, a bien voulu répondre à nos questions. Les Dalphinaïdes, selon lui, existaient bien avant les premiers hommes, habitant dans les abysses, ils ressembleraient trait pour trait aux humains à un détail près, à la place de leurs oreilles, ceux-ci possèderaient des branchies. C'est un peuple joueur qui chevauche des dauphins ailés, pouvant parcourir des miles à la vitesse de l'éclair. Il est très rare de les voir, ceux-ci évitant de croiser la route des hommes, pourtant, toujours d'après le professeur, ceux-ci apparaîtraient environ tous les cent vingt ans. Ils auraient ,selon des marins qui les auraient vus, la faculté d'hypnotiser leurs proies à l'aide de sortes d'étranges coquillages. Dès lors et à leur merci, les humains sont emmenés dans les abysses où on les stocke dans des terrariums où ils font office de divertissement pour les enfants qui viennent les nourrir d'algues et autres. Quand nous avons demandé d'où le professeur tenait ces renseignements, il est resté muet, ne voulant en dire plus. Le plus curieux est que nombre de bateaux, dont le célèbre Mary-Céleste a été retrouvé vide de tout occupant; dès lors on peut s'interroger, est-ce un canular de plus ? Et si l'équipage du navire avait été capturé par ces êtres ? La rubrique de la semaine prochaine sera consacrée à la chasse au Dahu, avec des témoignages d'éminents spécialistes, dont le controversé professeur Tournesol.

 


01/05/2018
12 Poster un commentaire

MORT AUX VACHES A DEUX PATTES

EVOLUTION.jpg

 

Le monde va de mal en pis

on s’insurge puis on oublie

Y’a tellement de gens mal lotis

qu’on s’y habitue, mon pauvre ami

Les marionnettistes, eux, ont tout compris

Moi je dis stop à toutes ces conneries

 

Je sors du troupeau pour fuir ces moutons

J’en ai marre d’être prise pour une con

d’habitude j’serais plutôt du genre pacifiste

mais là j’dégommerais bien un de ces fumistes

J’en peux plus d’entendre qu’il faut faire des efforts

Se serrer la ceinture, puis quoi encore ?

 

On va les faire trembler à l’assemblée

Mort aux vaches, cet hymne on va leur chanter

En corse, en javanais ou en verlan

pas de pitié, on va leur en mettre plein les dents

à ces enfants d’salauds qui veulent nous faire taire

On leur montrera ce que nous, on sait faire

 

Tous les traîne misères de la terre

chanteront avec nous le refrain

en marchant peinards vers un beau demain

 

 


02/03/2018
2 Poster un commentaire

AU PAYS DES HYÈNES HURLANTES

révolution fleur.jpg

 

Il est évident que le chagrin d'autrui

vous laisse indifférents, sans cauchemar la nuit

Je sais aussi que vos jolis petits sourires

se vendent à bon poids, tels ceux des vampires

J'suis p't'être mort-vivant pour vous, ça vous emboucane

j'm'en fiche, c'est pas à vous que j'ouvrirai ma cabane.

Mais je vous devine

malgré votre aimable mine

vos tapes sur l'épaule qui ne sont qu'aiguillons

j'en veux pas, gardez votre compassion

votre mansuétude oxydante me rouille

je l'entends qui gargouille

dans le creux du nombril, chez vous tout est là

Alors où est passée votre tête dans tout cela ?

Où est passé votre coeur noyé dans votre hypocrisie

Et où me placez-vous moi et mon hérésie ?

Je vois bien que lorsque vous déblatérez

la perfide morale en personnes bien nées

quand vous déclamez sans cesse

à qui veut vous entendre en amples politesse

que l'on doit respecter l'être humain quel qu'il soit

que l'on doit le secourir noir, arabe, chinois.....

Je vois bien que c'est pour faire acte de bonne foi

Mais vous ne me tromperez pas moi

Vous ne manquez pas d'air en sortant vos sornettes

Vous n'avez pas honte en arborant vos rosettes

Même plus besoin de planquer votre svastika

Il est omniprésent derrière vos débats, vos cinémas

Dans vos mots venimeux aux couleurs xénophobes

Il est tapi dans le moindre de vos opprobres

Pas bien propres ces gars, pas très cathos ces mecs

mais hélas braves gens, faut bien faire avec !

Dites, n'est-il pas vrai qu'au temps de vos cravaches

C'était la bonne époque, vous saviez les mater ces vaches

pourtant faut avouer qu'ils vous ont bien servi

lors de vos tueries, ça et là, en Indo, en Algérie en tant que Harkis

J'vous hais, vous aux tendances fascistes

pervers, bigots, tordus, nouveaux esclavagistes

Je hurle mes mésaventures

du bas de mon malheur, du creux de ma torture

 

Quand la mort vous aura, crevure après crevure

tous les mômes maudits iront au paradis

dans l'amour, la joie, le coeur où les esprits

jouiront de poésie en vers psychédéliques

sur une musique enchanteresse et onirique

Vous avez su si bien remplacer

La noblesse d'antan, eux aussi ont su amasser

le trésor du royaume et se le partager

Cette révolution n'a servi qu'à eux,

gens de qualité, mais surtout pas aux gueux

Et à notre siècle encore, ils ont le monopole

du fric, de la culture et de l'injuste obole

que leur verse les manants de notre temps

et les cachots d'antan planquent leurs délinquants

de peur que les miséreux, de Paris à Marseille

viennent récupérer en masse leur oseille

J'veux pas de vous, abjects nouveaux nobles

j'veux surtout pas être de vos magouilles ignobles

ne créant le travail que pour des leurres

et les agents de la force pour cogner sur les chômeurs

puis les juges condamnant à fortes amendes

pour remplir le trésor de ces hyènes truandes

les matons pour garder au trou le subversif

les administrations saignant les pauvres à vif

C'est la taille, la dîme et la gabelle moderne

Et en rab le droit de cuissage aussitôt que l'on cerne

les dessous de jolies filles que l'on berne

C'est le meurtre légal, le crime autorisé

C'est notre époque et sa soit-disant humanité

 

Toi le fou, le clodo, dresse tes barricades

et amène avec toi tous ceux qu'on traite de malades

Recommençons ensemble cette révolution

qu'on a tous loupé, à cause de leur corruption

Reprenons le pouvoir, enfants de la misère

l’Éden se trouve ici, sur cette encore belle terre

mais sûrement pas au cimetière, après vos durs labeurs

Aux armes, gens de rien, renversez vos malheurs

Au armes mes frangins, que leur sang de vauriens

noie tous les rats et leur sbires, qu'enfin vive l'ère aux mille galaxies

ou nous ne vivrons que d'amour, quand nous aurons cent vies.

 

Christine Millot-Conte


15/11/2017
4 Poster un commentaire

ALERTE

maillons.jpg

 

A la maison, le soir, on faisait nos devoirs

tête penchée, remplissant nos cahiers d'encre noire.

On lisait la Déclaration des Droits de l'Homme

ses articles à l'école qu'il fallait que l'on nomme

 

On apprenait les règles d'exception de la grammaire

aujourd'hui, grâce au langage SMS, plus de galère

Il n'y a vraiment rien ni personne en qui croire

excepté en nous-mêmes, mais ça c'est une autre histoire.

La pomme de Newton est remontée dans son arbre

que nous reste-t-il à graver dans le marbre ?

La théorie de Pythagore

a décrété qu'elle avait tort

Quant à celle de la relativité

elle s'est tout simplement sauvée

 

Plus rien n'a de sens, tous nos droits sont piétinés

On est grands mais il nous faut d'urgence réviser

Il est l'heure d'enfin nous rappeler nos devoirs

pour ne pas être complices de ce grand foutoir

 

Il faut aider la terre pour qu'enfin elle tourne rond

Il devient vital de bien réviser ses leçons

pour ne pas être un pion ni passer pour un con

 

Ce qu'il faut réellement retenir de l'histoire

c'est qu'on n'élit pas un fou à la tête de la grande foire

et que l'Amour devrait être notre seule victoire.

 

 

Christine MILLOT-CONTE


03/11/2017
13 Poster un commentaire

HOMO RICTUS

poème humanité.jpg

 

Je m'écorche les yeux à fuir vos regards

alors qu'il est peut-être déjà trop tard

comment échapper à tous ces salauds

tentant de s'incruster dans mon cerveau ?

Et même en me scarifiant la mémoire

vous hanteriez encore mes couloirs

 

Je marche, aveuglée, dans cette forêt de néons

en quête du chemin à prendre pour m'évader

partir loin de ces menteurs, tous ces cons

qui m'ont fait croire que j'étais libre de voler 

alors que, partout, fleurissent des murs de béton 

fidèles gardiens de vos magouilles légalisées.

 

Dans les allées, mon fil d’Ariane s'est délité

je n'sais pas très bien où mes pas vont me mener

mais l'essentiel est qu'ils m'éloignent de vous

J'veux pas être complice de vos mauvais coups

 

J'enrage en voyant la terre s'embraser

J'fulmine devant ces espaces déboisés

J'ai honte pour tous les océans souillés

 

L'homme est la pire des espèces, assurément

Je préfère être un singe savant

au moins j'amuserai les enfants

 

 


24/09/2017
4 Poster un commentaire


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser