Mauxdescrisvains

Mauxdescrisvains

POÉSIE


AVENTURPITUDES

FUNAMBULE AP.png

J'avance dans mes haillons de désespoir
cherchant en vain une trouée dans le noir
mais faut pas trop se raconter d'histoire
il n'y a jamais eu d'échappatoire
une fois de plus, je me suis fait avoir
j'ai flingué mon joker en brisant les miroirs.

 

En r'tard, en r'tard, j'suis en retard
et je me suis trompée de gare
je pars vers mes aventureux hasards
De moi, ne reste qu'un pâle avatar
louvoyant pour éviter leurs radars
en traînant mes squelettes dans leurs placards.

 

J'ai vu le roi d'pique, un vrai salopard
comme Alice, bu des fioles qui m'ont mise dans le coaltar
J'ai touché des arcs-en-ciel du regard
J'ai même été une reine chez les fêtards
J'ai joué à la star chez des vrais connards
je branchais juste mon cerveau sur leurs sonars.

 

Mais rien ne dure, ne restent que des brisures
d'une vie et de ses drôles d'aventures
quand je croyais malgré tout au futur
Au final, j'm'en fous, j'suis toujours debout
j'continue à m'enliser dans la boue
J'prends des coups, me courbe sous le vent fou

 

Mais je suis là envers et malgré tout
La vie m'a appris qu'il faut se mettre à genoux
car les belles pépites se mêlent aux cailloux
et même si c'est pas tous les jours facile
je virevolte du mieux que je peux sur le fil
car je sais que la vie est précieuse et fragile.

 


08/02/2019
4 Poster un commentaire

DOUX LEURRES

SOUFFRANCE.jpg



J'ai franchi bien des précipices
sans filet ni artifices
J'ai couru vers tous mes désirs
sans voir les ornières, les abysses
J'ai atteint le jardin des Délices
succombé sans remords à ses plaisirs

J'ai toujours fait fi des sens interdits
au contraire, ces rues là m'attirent
et protégée par ma douce folie
j'étais épargnée des cons et leurs sbires
J'me suis enlisée dans des marais frelatés
me fichant bien des panneaux "attention danger'

Et puis, un jour, comme ça, je suis tombée
Résultat, j'me suis salement amochée
J'entends d'ici ceux qui disent que j'l'ai bien cherché
J'm'en fous, je ne regrette rien des erreurs passées
j'ai pas le temps pour ça car chaque jour, je dois lutter
pour ne pas laisser le chagrin me dévorer



12/01/2019
0 Poster un commentaire

DESGENERESCIENCE

le cri.jpg

 

C'est l'heure maudite des ombres grimaçantes sur les murs
quand les stigmates redeviennent abjectes déchirures
sous les mille aiguillons des hideuses tortures

C'est l'heure des rêves factices
le corps dans le caniveau d'une obscure rue
au rendez-vous de tous les inconnus vaincus

Quand la normalité a fermé ses volets
que la vie se joue sans aucun filet
et que l'âme n'est plus que purulentes plaies

C'est l'heure fatale de la cohorte des zéros
quand les yeux ne reflètent que le chaos
d'une vie qui, peu à peu, part en lambeaux

quand les miroirs se sont brisés
en mille éclats de verre acérés
quand les rêves agonisent dans un fossé

et pourtant il faut croire en un autre matin
qui ouvrira la porte sur un beau lendemain
vierge de tout horizon chagrin


12/10/2018
11 Poster un commentaire

RÉSISTANCE

 

ILLUSTRATION RESISTANCE.jpg

( tableau de Magritte)

notre voix est celle des renégats
notre voie est celle des combats
et rien ni personne ne nous taira
nous
sommes le peuple du bas

celui qui a froid, qui a faim

celui oublié par vos gredins

le sans-maison, le sans-raison

celui qui croupit en prison

 

Nous entrons en résistance

contre nous, vous n’avez aucune chance


Nous distribuerons des graines d'amour
en prévision des mauvais jours
et aussi des
semences d'anarchie
pour rester debout
et en vie
nous les trouvères de la terre
nos mots valent bien tous vos fers

Nous refusons d’être complices

de vos exactions et injustices

 

Nous briserons tous les murs

et construirons notre propre futur

Nous ne croyons pas à vos fariboles

Nous arracherons nos camisoles

et partirons à tire d’ailes

nous sommes les nouveaux ménestrels

Désormais il faudra compter sur nous

les gueux, les manants et tous les fous

 

C’est nous qui menons la danse

Dites adieu à votre arrogance

 

 


22/08/2018
2 Poster un commentaire

MORT AUX VACHES A DEUX PATTES

EVOLUTION.jpg

 

Le monde va de mal en pis

on s’insurge puis on oublie

Y’a tellement de gens mal lotis

qu’on s’y habitue, mon pauvre ami

Les marionnettistes, eux, ont tout compris

Moi je dis stop à toutes ces conneries

 

Je sors du troupeau pour fuir ces moutons

J’en ai marre d’être prise pour une con

d’habitude j’serais plutôt du genre pacifiste

mais là j’dégommerais bien un de ces fumistes

J’en peux plus d’entendre qu’il faut faire des efforts

Se serrer la ceinture, puis quoi encore ?

 

On va les faire trembler à l’assemblée

Mort aux vaches, cet hymne on va leur chanter

En corse, en javanais ou en verlan

pas de pitié, on va leur en mettre plein les dents

à ces enfants d’salauds qui veulent nous faire taire

On leur montrera ce que nous, on sait faire

 

Tous les traîne misères de la terre

chanteront avec nous le refrain

en marchant peinards vers un beau demain

 

 


02/03/2018
2 Poster un commentaire


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser